Campus Drivers- Revue

Campus Drivers c’est le titre d’une trilogie de romance…que j’ai LU! (oui j’ai rejoint le côté obscur de la force). Mais attendez ne partez pas! Campus Drivers ça a été une drôle d’aventure et il faut que j’en parle quitte à ternir ma réputation de mâle alpha virile et tout le tintouin (une telle réputation n’existe pas).

Alors comme je disais c’était une aventure. Les romances ce n’est pas nouveau pour moi. Mais ma culture dans le domaine remonte à mes années au collège où mon corps, rempli d’hormones en ébullitions, se jetait sur tous les médias qui pouvaient calmer l’ado en chaleur qui y vivait.
C’est à ça grosso modo que se limitait ma connaissance des romances. Quelques Harlequins lus à l’arrache, ne m’attardant que sur les passages que l’ado que j’étais pouvait trouver… intéressants.
Et puis il y a quelques mois Murielle a débarqué, avec son blog magnifique (muriellekannayi) plein de revues sur des romances (entre autres) et ses tentatives (très efficaces) pour m’y convertir. C’est donc ainsi que j’ai commencé l’aventure Campus drivers, qui s’est achevée il y a environ une semaine suite à la sortie du troisième et dernier tome.
Bon maintenant qu’on a fait l’introduction bien longue et que j’ai perdu la moitié des lecteurs ; de quoi ça parle Campus Drivers?
C’est une romance en trois volumes où on suit à chaque tome deux protagonistes nouveaux, mais vivant tous dans le même microcosme de l’université de l’Ohio, et gravitant autour de la caste des Campus Drivers (cette phrase m’a donné le tournis).
Vous l’aurez peut-être deviner, les Campus Drivers sont un groupe de quatre étudiants mâles tous amateurs de bagnoles anciennes et magnifiques (et surtout un peu trop chères pour des étudiants…mais bon je suis juste un rageux qui fait du vélo). Ils ont une application pour leur activité, voilà je vais pas tourner autour du pot, c’est Uber mais sur le campus. Mais ça marche assez bien et avec leurs voitures du tonnerre et leur physique pas mal ils ne manquent pas d’attirer la gente féminine et je peux vous dire qu’ils ne sont pas prudes eux non plus.

Le premier tome suit Lane un Campus Drivers et Lois, une nouvelle étudiante de première année, qui dès la rentrée vient de se faire mettre à la porte par son petit ami avec qui elle avait emménagé, ce dernier voulant profiter pleinement de sa nouvelle vie d’étudiant. Nos deux protagonistes se rencontrent assez vite et un concours de circonstances entraîne une cohabitation entre eux. Au cours de l’histoire on assiste peu à peu à l’évolution de cette relation peu commode mais elle n’est pas le centre du récit, du moins pas avant un certain temps.

C’est sur ce point que le tome 1 m’a assez attiré. Contrairement à tous mes à priori sur la romance, ce tome avait une intrigue et des personnages qui évoluaient. Ce n’était pas juste une histoire de personnes éperdument amoureuses, se tournant autour tout du long. C’est l’histoire d’un mec qui a un passé assez compliqué qu’il a du mal à laisser derrière lui. C’est aussi l’histoire de cette fille tellement habituée à vivre en couple et qui soudain se retrouve toute seule à des kilomètres de chez elle à squatter le canapé d’un inconnu.
Lois qui essaie de devenir une personne à part entière et non juste la moitié d’un couple et Lane qui va être forcé de sortir de sa zone de confort et affronter ses peurs et son passé.
L’ado qui vit en moi était confus de voir une romance avec, tenez-vous bien, un scénario !
Alors pour les amateurs de romance ne vous enfuyez pas, ce tome n’oublie pas qu’il est une romance et il est parsemé de moments qui ont titillé l’ado bouillonnant que je peux encore être.
Si je voulais résumer ce tome je dirais qu’il m’a fait l’effet d’un Kinder parsemé de pépites. Sa surface dure qui cache en-dessous un océan délicieux, formant ce mélange croquant fondant de rêve. Et ces pépites ça et là comme des mini explosions de saveurs inattendues mais qui rendent l’expérience encore plus passionnante.

Le second tome lui, suit Donovan, un autre campus Drivers et Carrie, une étudiante en kinésithérapie et dévoreuse à temps plein de livres de romance. Donovan qu’on a un peu côtoyé dans le précédent tome s’était déjà affirmé comme un homme à femme dans l’esprit du lecteur. Au début de ce tome une tragédie vient lui mettre une claque derrière la tête et lui faire remettre en question son mode de vie. Il décide de devenir un « parfait petit ami » et qui de mieux pour le conseiller que Carrie, la liseuse de romance. Vous l’aurez compris l’intrigue n’est clairement pas le point fort de ce tome. Je trouve même qu’elle est un peu foireuse comparativement au tome précédent, mais c’est le choix de l’autrice dans son soucis de diversité et je respecte ça. Hormis ce léger pépin ce tome réussi brillamment à accomplir son objectif. Délivrer une romance pure et dure entre deux personnages hauts en couleurs. Ce que j’essaie de dire c’est que ce tome est le tome préféré de Scal (Moi) l’ado. Puisqu’on s’est lancé dans la voie des références gustatives, ce tome est simplement l’équivalent d’une glace à la vanille. C’est super bon, tout le monde aime ça (sauf ceux qui aiment la pizza à l’ananas…les aliens en gros) et on ne se rend même pas compte qu’on l’a fini en une nuit.

Le troisième et dernier tome suit, mon duo préféré, Lewis et Amy; ce sont tous les deux des amateurs de voitures, le premier étant un Campus Drivers et l’autre une sorte d’ex pilote de courses illégales et enfant de rue à Boston. Le personnage de Amy est tellement magnifique que j’ai du mal à la condenser pour vous la présenter. Son tempérament de feu et sa volonté de laisser son passé derrière elle et se ranger ne font pas bon ménage dans son esprit chaotique. Ajoutez-y une attirance inexpliquée pour Lewis et vous avez un brin de fille capable de vous tordre le bras tout en espérant que vous lui fassiez un câlin.
L’intrigue débute quand Lewis, poussé avec insistance par ces collègues, approche Amy et lui propose de rejoindre la caste des Campus Drivers. Cette dernière qui essaie de se ranger, voit en cette proposition un moyen d’avoir un job honnête et impliquant son amour pour les voitures.

L’intrigue est assez bien développée et le mixe entre la personnalité d’Amy et celle de Lewis, qui aime tout contrôler dans sa vie, est juste sublime à lire.
Une dernière métaphore gustative pour la route. Le tome 3 de cette saga a été pour moi un bonbon tête brûlée…non DEUX bonbons tête brûlée. Deux bonbons tête brûlée qui auraient fusionné. Après avoir presque fini de sucer le premier et traverser toute cette couche piquante, puis goûter aux prémices de douceur qui attendent au bout, vous tombez sur un second bonbon imbriqué dans l’autre avec sa couche de piquant. Et c’est l’angoisse. Ce tome m’a fait douter. Est-ce-qu’ils finiront ensemble ? Est-ce-qu’un troisième bonbon se trouve après celui-là ? À un moment du récit on atteint un point où on a du mal à imaginer que cette histoire puisse bien se terminer. Et avec du recul je trouve que c’était rafraîchissant.

En tout et pour tout qu’ai je pensé de cette saga? Durant chaque tome on côtoie plusieurs personnages mais ils sont tous racontés à la première personne et du point de vue de seulement deux protagonistes. Je me suis trouvé quelque peu dépaysé, moi qui suis habitué à la fantaisie et aux points de vue multiples, ainsi qu’à la troisième personne. N’empêche les personnages étaient attachant même si j’ai trouvé les personnages féminins beaucoup plus complexes que ceux masculins. Si j’ai une critique négative à faire ce serait concernant les Campus Drivers. Ils ont été établis comme des hommes-à-femmes, mais durant leurs tomes on ne passe pas assez de temps à explorer ce côté là de leur vie et on est très vite jeté dans la romance ce que j’ai trouvé dommage, pour Lewis et Donovan en particulier.
En fin de compte, et au risque de perdre mon badge d’adhésion au club des mâles alpha viriles, je me sens dans l’obligation de vous avouer une vérité : J’AI ADORE CETTE SAGA. Et à cause d’elle et de Murielle (allez lire son blog vous faites encore quoi là!?) vous aurez droit à d’autres revues sur des romances. Il faut se l’avouer, j’ai beau appeler cette partie de moi qui aime les romances « Scal l’ado », c’est juste une partie de Moi. Faites comme moi et rejoignez le côté obscur (ça serait plutôt le côté rose) de la force!

4 commentaires sur “Campus Drivers- Revue

  1. Cc ! Ici la fameuse Murielle. Visitez mon blog déjà (muriellekannayi.com). C’était l’instant pub.

    Scal… Mais tu m’avais caché des choses. Actuellement je suis juste hyper excitée et trop contente que j’en oublie de prendre mon souffle.
    Je veux bien te pardonner l’affront que t’as fait à Donovan juste parce que tu as dit avoir adoré Campus Drivers. Et que tu as (enfin) respecté leur gloire en ne mettant pas truc.

    Je partage complètement ton avis. Cette saga est géniale. Lisez-la.

    (Scal… T’inquiète pas. Si tu perds tes lecteurs parce que tu recommandes une trilogie parfaite comme Campus Drivers, je t’enverrai les miens).

    Bref. Lisez Campus Drivers. Surtout le tome 2. Il est génial. Et pleins de scènes cool. (et sexuelles). (oups 🤭)

    J'aime

Répondre à darksidheure Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s