La Roue du Temps- Revue

La Roue du Temps est l’une des plus grandes sagas de fantasy épique jamais écrite. Née de la plume de Robert Jordan et achevée par Brandon Sanderson, elle comporte 14 tomes en anglais (15 le Préquel compris); c’est une aventure mais c’est avant tout, l’histoire d’un Monde.

L’histoire de…

C’est l’histoire d’un Monde: l’univers de Robert Jordan ne brille pas de par la diversité des races qui y vivent mais plutôt par la variété d’ethnies humaines qui le peuplent. Les Seanchans vous feront prêter allégeance à leur Impératrice; les femmes Domanis vous séduiront et bien loin elles seront quand vous vous rendrez compte de l’absence d’un toit au-dessus de vous et même d’un manteau pour survivre aux nuits froides que vous passerez dorénavant; les Cairhienins feront alliance avec vous et avec votre pire ennemi, tout en complotant votre assassinat à tous les deux; et les Aiels.

Les Aiels sont probablement le peuple avec la culture la plus fascinante que j’ai eu à lire. Ne les croisez pas avec le visage couvert, vous ne survivrez pas longtemps pour raconter l’expérience.
Ce sont là quelques peuples au pif parmi tant d’autres juste pour vous montrer le nombre de couleurs qui teintent la toile que Jordan a tissée.
C’est l’histoire d’un jeune fermier à qui on a dit un jour qu’il était le héros que le monde attendait et redoutait, qu’il sauverait le monde mais qu’il le détruirait par la même occasion.
C’est l’histoire de deux garçons qui n’avaient jamais connu autre endroit que leur petit village paisible et qui se retrouvent entraînés dans un périple contre des forces qui les dépassent.
C’est l’histoire de tant de personnages mais que cela ne vous effraie. Vous en aimerez certains, vous en détesterez d’autres mais pas à cause de problèmes dans leur écriture mais parce que ce sont les émotions que des humains sont censés susciter. Vous aimerez l’auteur pour réussir à vous faire détester autant un personnage car vous saurez que c’est son intention.

Comment c’est raconté…

WoT cover issue 7

Imaginez un jour dans la rue qu’un homme vous accoste et vous raconte que son chien est mort. Vous lui direz que vous êtes désolés, adresserez peut-être des condoléances mais au fond vous vous en foutez comme d’une guigne.

Maintenant imaginez que depuis quelques mois vous prenez par la même rue tous les matins et que vous aviez remarqué cet homme et son chien. Chaque matin, à la même heure l’homme promène son chien qui gambade plein de joie en allant chercher sa balle, sous le regard aimant de l’homme.

Maintenant nous revoilà au jours d’aujourd’hui sauf que l’homme n’est pas avec son chien et vous le voyez marcher seul les yeux dans le vide, le visage couvert de blessures. Il y a des chances que vous l’approchiez pour comprendre où est le chien et pourquoi il est dans cet état. Et là il vous raconte comment ce chien était le dernier cadeau de sa femme défunte et que des salauds sont venus l’agresser chez lui et ont abattu son joyeux compagnon poilu. Il vous raconte aussi comment il s’est lancé dans une vendetta, un tourbillon de sang et de violence pour venger cet acte.
Dans les deux cas l’homme a la même histoire, mais vous n’êtes enclin à l’écouter dans la seconde situation qu’à cause des mois de train-train quotidien qui ont précédé l’événement.

Et bien c’est comme ça que la Roue du temps est racontée. Détrompez-vous l’histoire commence assez vite, mais on reste dans le monde restreint de nos personnages principaux. Un rythme lent couplé à la prose de Jordan et une influence évidente de Tolkien, a donné naissance à l’un des tomes 1 les plus lents que j’ai eu à lire. Mais c’est uniquement parce-que nous passons tout ce temps avec les personnages, à comprendre leurs peines, leurs angoisses dans la situation qu’ils traversent, que par la suite quand l’histoire prend d’autres tournures qu’on s’accroche à eux, qu’on s’intéresse à ce qu’ils vivent.

Au-delà du Manichéisme…

Rand in the sky over Falme by Joe O’Hara

La Roue du temps est en principe une histoire très manichéenne. Un héros annoncé par les prophéties et un grand seigneur des ténèbres qui n’attend que son heure pour tout détruire. Mais chacun des personnages arrive, d’une manière ou d’une autre, à sortir de son archétype et à prendre une dimension de plus, à sortir de la page pour prendre vie.

Le héros annoncé n’est juste qu’un humain et cela étant il fait des erreurs, des erreurs tellement graves que les conséquences désastreuses ont de quoi faire jalouser le seigneur des ténèbres. Être un sbire du mal ne t’empêche pas pour autant de tomber amoureux. Rejoindre les ténèbres et pourtant avoir des motivations telles que le lecteur ne se retournent contre toi.
N’en déplaise au synopsis l’oeuvre n’est manichéenne que vu globalement. C’est juste une histoire d’humanité.

Un extrait…
“You can never know everything, and part of what you know is always wrong. Perhaps even the most important part. A portion of wisdom lies in knowing that. A portion of courage lies in going on anyways.”
—The Eye of the World
« Tu ne peux jamais tout savoir et une part de ce que tu sais est forcément fausse. Peut-être même est-ce la part la plus importante. Il faut une part de sagesse pour l’accepter. Il faut une part de courage pour y aller quoiqu’il en soit. »
—L’ Œil du Monde

Art by Francesca Resta

Une balle dans le pied…
Le nombre de tomes et le démarrage lent peut, à raison, en effrayer plus d’un et constitue la plus grande restriction de La Roue du temps. Mais si vous êtes un fan de fantasy ou juste quelqu’un à la recherche d’un monde où vous perdre, je pense que cette oeuvre pourrait très bien avoir raison de vous et vous volez votre temps, et vous la remercierez pour cela.
Je pourrais passer la journée à parler de cette Saga, même plus, sans pour autant pouvoir vous garantir que vous l’aimeriez. Néanmoins je suis convaincu d’une chose et c’est que si vous tentez l’aventure, le monde de Robert Jordan ne manquera pas de vous fasciner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s