Interview- Chroniques de Kallumn III

10ème jours du 161ème cycle de Kallumn. Bill Haxton, début de l’enregistrement.

– Bonjour Monsieur Holloway. Merci d’accepter de me recevoir

– Quand on passe ses journées, enfermé dans un module de confinement à pédaler un bicyclénergie, toute compagnie est la bienvenue. Bien que je commence à me lasser de ces interviews.

– Mais…Vous…

– Oui ça aussi je commence à m’en lasser. Vous vous attendiez à un fou enragé entravé qui n’a que comme seule idée de vous déchiqueter.

– Un fou enragé…non. Je doute que l’homme à l’origine des attentats des districts 6 et 11 soit un fou enragé. Il n’aurait pas été si difficile pour les autorités de vous appréhender. Non, je suis simplement surpris par le calme dont vous faites preuve, pour quelqu’un enfermé, loin du monde.

– Enfermé loin du monde. En effet je le suis, mais ça date de bien avant mon…incarcération. Non je l’ai toujours été. Nous l’avons toujours été, enfermé loin du monde.

– Que voulez-vous dire ?

– Vous voulez vraiment savoir n’est-ce pas ?

– Bien sûr c’est pour ça que je suis là, comme tous les journalistes avant moi.

– Vous devez être nouveau dans le métier, je vois ; si naïf. Vous me plaisez. Ça vous dit d’écouter une histoire ?

– Une histoire. Est-ce la vôtre ?

– Peut-être.

« Il était une fois un petit mouton qui vivait dans un enclot au milieu d’un troupeau de moutons. Tous les moutons vivaient heureux dans l’enclot tant qu’ils avaient chaque jour de quoi se nourrir. Mais le petit mouton qui n’y connaissait rien à la vie se dit qu’elle devrait avoir plus de saveur que ça. Plus de saveur que celle d’une touffe d’herbe à la fin de la journée. Les autres moutons ne comprenaient pas de quoi il parlait, et il n’était pas sûr de comprendre non plus. Mais il savait que s’il voulait gouter à toutes ses saveurs il devait aller là-bas, de l’autre côté de l’enclot.

« Et pourtant il ne savait comment s’y prendre. Toutes ses tentatives pour convaincre les autres moutons furent infructueuses et ils commencèrent à le voir comme un vilain petit mouton. Mais le petit mouton s’en foutait, il ferait tout pour aller de l’autre côté de l’enclot. Le petit mouton savait que tout seul il n’y arriverait jamais et que le seul moyen était de convaincre tout le troupeau.

« Le petit mouton se souvint d’une histoire que sa mère lui avait raconté. Elle lui avait parlé du grand loup qui vivait là-bas de l’autre côté de l’enclot et qui s’emparait des moutons qui s’aventuraient au-delà. C’était donc pour ça que le troupeau restait cloîtré ici enfermé ? A cause d’une histoire qu’on lui avait racontée pour lui faire peur il y a longtemps, une histoire qui…ne lui faisait même plus peur.

« Mais elle faisait encore peur au troupeau.

« Si le troupeau ne voulait quitter cet enclot à cause du loup, alors il amènerait le loup à eux. Tous les soirs le petit mouton se déguisait en grand méchant loup et il tuait un des moutons. Le matin levé il redevenait un petit mouton et aucun des moutons dans leur panique ne se doutait que c’était lui. Tout le monde accusait le grand méchant loup mais ne comprenait comment il était entré dans l’enclot.

« Le petit mouton continua, il les poussa à bout, ou du moins il essaya. Il finit par se faire prendre par Le berger et séparé des autres moutons, enfermé dans un enclot encore plus petit. Séparé à jamais de l’espoir de gambader libre dans l’herbe.

« Depuis il passe ses journées à pédaler un vélo pour produire de l’énergie et à passer des interviews inutiles avec des journalistes qui ne finiront que par publier ce que le berger leur dicte. »

– Vous êtes le petit mouton et les autorités sont Le Berger c’est bien ça ? Mais l’enclot…

– Même mis devant les faits vous vous obstinez. Vous êtes comme moi mon petit, vous vivez dans une cage. Juste qu’elle est assez grande pour vous donner l’illusion d’être libre.

– Mais…Le dôme est là pour nous protéger…

– …des grands méchants Kallumnjins, oui. Ils sont là n’est-ce pas? De l’autre côté, prêt à ne faire qu’une bouchée de nous. En avez-vous jamais vu un seul ?

– Non puisque nous vivons en sécurité à l’intérieur du dôme.

– Et qui l’a construit ce dôme ?

– Une colonie d’humains il y a des siècles à l’aide de la technologie des IA. Ils ont réussi à repousser les Kallumnjins et à s’approprier un tier de la planète.

– Je vois qu’on connait sa leçon. Maintenant j’ai une dernière question pour vous. S’ils ont mené une guerre contre ces créatures monstrueuses, pourquoi on a aucune idée de ce à quoi elles ressemblent ?

– Ces évènements datent d’il y a des siècles voyons.

– Vous ne faites que déverser le baratin dont on vous a rempli le cerveau. Vous y croyez vraiment que les IA sont capables d’oublier ? Avec leurs bases de données elles n’ont pas été capables de conserver ne serait-ce que des traces génétiques ou photographiques des Kallumnjins.

– A quoi cela pourrait servir ? C’était une période difficile et la priorité était accordée à la survie des humains.

– Bien sûr. Ce que je pense c’est que les autorités ne se sont pas donner la peine de créer des preuves génétiques. Parce que d’une manière ou d’une autre on réussirait à mettre en doute leurs véracité.

– Vous insinuez que tout…TOUT n’est qu’un vaste tissu de mensonges ? Absurde ! Pourquoi ?

– C’est assez simple. Vous avez lu les articles écrits sur moi ?

– Bien sûr.

– Faisaient-ils mention de ce dont je vous parle actuellement ?

-…non.

– Et pourtant j’en ai parlé aux premiers journalistes venus m’interroger. Qui d’après vous contrôle ce qui est écrit ?

– Les…Les Autorités.

– Ils contrôlent chacun de nos actes, toute l’information. Vous n’êtes qu’un mouton mon petit, et eux Le Berger.

– Vous avez dit que vous aviez essayé de raconter votre histoire mais en vain. Pourquoi m’en avoir fait part ? Je vais probablement me faire éditer et censurer par les autorités si ce que vous dites est vrai.

– Votre petit appareil qui enregistre notre conversation depuis tout à l’heure.

« Voyons ne soyez pas si surpris. Mon grand-père s’intéressait à ce genre de technologie ancienne, avant qu’on ne lui interdise. Son atelier était plein de vieux magnétophones reliés à aucun système sans fil qu’on puisse pirater, et écouter. Les autorités n’aiment pas ce qu’ils ne peuvent contrôler. »

– Je…

– Oh ne vous inquiétez pas je ne vais pas vous dénoncer, loin de là. Vous êtes comme moi n’est-ce pas ? Vous cherchez la vérité. Vous ne savez pas exactement ce que vous cherchez mais vous la cherchez. Vous êtes conscient que quelque chose cloche avec cette société. Je peux le lire dans vos yeux. Contrairement à vos précédents pairs vous avez écouté mon histoire, mes théories sans crier ma folie ou vous en aller.

– J’avoue que vous avancez des points qui ont du sens. Mais vous vous trompez grandement sur une chose. Vous et moi ne sommes en rien pareil. Vous aurez beau vous faire voir comme un petit mouton à la recherche de la vérité, vous n’en êtes pas moins un meurtrier avec le sang de milliers d’innocents sur les mains. Et cette vérité que vous cherchiez, vous ne la vouliez que pour vous; cette liberté. La vérité que je cherche, s’il vient un jour où je la trouve, elle sera pour TOUS les habitants de Kallumn, et ils n’auront pas à verser leur sang pour que je l’obtienne.

– Quel est votre nom petit ?

– Bill…Bill Haxton.

– Je vous souhaite de trouver la vérité Bill, votre vérité. Et je prie aussi qu’elle concorde avec la mienne car sinon, je deviendrais effectivement ce dont tous ces articles me taguent. Un meurtrier sanguinaire dénué de raison.

– S’il y a un quelconque Dieu au-delà de ce dôme, qu’il ait pitié de vôtre âme…

– …et qu’il veille sur vous mon petit Bill, car vous vous aventurez sur des chemins ardues.

Interview entre Bill Haxton et Alain Holloway, Musée de La Nuit Éternelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s