Prologue-PROPHETES

Les rues de la capitale étaient vides en ce jour fatidique, à l’exception d’une jeune femme seule et pressée. Elle avançait, le regard déterminé, vêtue comme la paysanne qu’elle était, en direction du palais royale. Pendant que dehors les fiers guerriers Monto, grâce à leurs stratégies imprévisibles et leurs prouesses martiales s’apprêtaient à envahir la ville d’Alay, capitale du royaume de Tellemon, et ainsi achever leur conquête du continent ; pendant ce temps-là, la jeune femme pressait le pas.

Cela ne faisait que cinq années que la campagne des Monto avait débutée ; ils se considéraient comme une race supérieur, plus intelligente que les autres humains et plus fortes aussi. Armés de leur physique impressionnant et des stratégies surprenantes de leur chef suprême, ils avaient entrepris de placer tout le continent de Bargua sous leur joug. Au début aucun royaume ne les avait considérés comme une sérieuse menace, les voyant comme des barbares qui se feraient facilement décimer dans une bataille rangée. Et pourtant aujourd’hui, ils étaient là, aux portes de Tellemon, le dernier royaume encore debout sur tout le continent, et malgré les murs supposément imprenables de la capitale, la peur régnait dans les cœurs des habitants d’ Alay, et même dans ceux du Roi et de sa cour. Nul ne doutait de la chute d’ Alay et de Tellemon par la même occasion. Ils trouveraient un moyen, ils en trouvaient toujours un, ces sauvages. C’était la certitude qui s’installait dans les esprits, bien que devant le fait accompli ce n’était que mauvaise foi de les traiter encore de sauvages. Ils avaient avec le temps prouvé que non seulement ils étaient forts mais aussi extrêmement rusés.

Chacun d’entre eux avait l’air d’être la perfection humaine incarnée. Les muscles saillants et pourtant des techniques martiales qui favorisaient plus la réflexion et le calcul à la puissance explosive. Avec le temps ils avaient fait plier maintes royaumes et nombres de personnes les vénéraient déjà pour ce qu’ils prétendaient être ; une race supérieur. Ils étaient sur le point de l’ imposer au monde et seul les murs d’ Alay se tenaient à présent sur leur route.

A quelques heures de l’attaque des Montos, Algathé la jeune femme arriva aux portes du palais. Les gardes comme on pouvait s’y attendre arrêtèrent la jeune paysanne et l’interpellèrent. Elle demanda à voir le capitaine de la garde, prétendant une information importante concernant l’attaque des Monto. Les gardes furent intrigués, les Montos étaient rusés mais n’utilisaient jamais d’espions. Mais quelle information cruciale une pauvre paysanne pouvait détenir se demandaient-ils. Après s’être concerté, l’un d’eux l’accompagna vers la caserne derrière le palais. Ils n’avaient pas grand-chose à perdre, toute information serait la bienvenue et si au pire elle mentait, il suffirait de l’exécuter sur place.

Arrivée devant le capitaine qui avait été informé de la situation, Algathé exposa la tactique que les Monto avaient prévue d’utiliser, sous les yeux des soldats et du capitaine où se mêlaient stupéfaction et scepticisme.

Une décision fût très vite prise, c’était une manœuvre complexe à laquelle ils n’auraient jamais pensé mais qui si on la perçait à jour était facile à stopper et même contrer. Il ne suffisait même que de quelques soldats pour cela. Faire confiance à cette femme n’était pas un pari risqué et si elle mentait, elle en paierait le prix.

Tout se passa comme Algathé l’avait prédit et ce jour marqua la première défaite des Monto et l’apparition de ceux qu’on appellera par la suite PROPHÈTE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s